logo PG38
Nous n’occupons pas pour occuper. Nous occupons pour atteindre des objectifs politiques. Frédéric Lordon.

Accueil > Contributions

Isolement et contention dans les établissements de santé mentale

jeudi 9 juin 2016

par Jean Lafranceschina
9 juin 2016

PNG - 17 koLe contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGPL) a présenté le 25 mai un rapport sur les situations de privation de liberté dans les établissements psychiatriques : celles où les patients sont attachés (contention mécanique) ou en isolement.

Ces situations sont loin d’être exceptionnelles :
"Alors même que leur efficacité thérapeutique n’est pas formellement prouvée, les pratiques de mise à l’isolement ou sous contention connaissent une recrudescence depuis une vingtaine d’année, dont les facteurs sont multiples : réduction des effectifs, changement dans la formation des professionnels, évolution de l’approche psycho pathologique, présence insuffisante des médecins dans les unités de soin, manque de réflexion d’ensemble sur la liberté de circulation des patients, etc.
A cela s’ajoute le développement d’un impératif de sécurité publique imprégnant le débat politique qui a trouvé dans la présumée dangerosité du malade mental matière à rassurer le citoyen d’une crainte plus alimentée par le traitement médiatique d’événements dramatiques, mais exceptionnels, que par la réalité statistique d’un quelconque danger. Ainsi le malade mental ne bénéficie pas de la représentation qui s’attache à toute maladie : souffrance, fragilité, besoin de soins et de compassion. Il évoque au contraire l’incompréhension, l’imprévisibilité, la violence et finalement, la dangerosité
".

Un dossier de presse a été édité par le CGPL : il se trouve ici en pièce jointe.

Même si mon incompétence scientifique m’oblige à la prudence, je trouve ce diagnostic terrifiant.
Bien sûr nous ne sommes pas dans un régime totalitaire mais il n’empêche : la psychiatrie doit être sérieusement encadrée et les droits des malades et de leurs proches développés et garantis.

Le site du contrôleur général des lieux de privation de liberté : ici

JPEG - 5.8 ko


Une réaction ? Contactez la rédaction