logo PG38
Nous n’occupons pas pour occuper. Nous occupons pour atteindre des objectifs politiques. Frédéric Lordon.

Accueil > Contributions

Petits cauchemars entre "amis" par Stéphane Garac

mercredi 8 juin 2016

JPEG - 20.6 ko

Quel est ce pays qui vit depuis des mois sous état d’urgence ? Quel est ce pays qui ordonne des milliers de perquisitions arbitraires après les attentats pour un résultat quasi nul ? Quel est ce pays qui assigne à résidence des militants pour pouvoir tourner en rond tranquillement pendant la conférence climat qu’il organise ?
Ce pays qui emprisonne des syndicalistes !
Ce pays qui veut imposer une loi injuste, rétrograde, antisociale, sous prétexte de lutter contre le chômage mais qui n’est qu’un moyen de complaire au grand patronat !
Ce pays qui pour faire voter la loi El Khomri, bafoue la représentativité nationale de l ’assemblée en utilisant l’article (49.3) de la constitution !
Ce pays qui instrumentalise sa police pour réprimer la légitime colère populaire !
Et enfin ce pays, qui par l’intermédiaire de sa justice fait interner d’office en hôpital psychiatrique un avocat qu’il veut abattre ?
Pour le reste on n’est guère surpris mais pour ce dernier point qui aurait osé imaginer une telle méthode ? Cela rappelle les pires heures du stalinisme.

Ce pays c’est la France, celui de la révolution de 1789, celui des droits de l’homme, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Avons-nous bien pris la mesure du chemin parcouru en quelques mois entre ce qui sépare un pays démocratique d’un état autoritaire ? Nous n’en sommes pas là, me direz-vous ? Pas encore…

Alors que faire ? C’est simple et complexe à la fois car ça bouscule, ça nous remet en question.

Mais bouge, que tu sois jeune, moins jeune, beaucoup moins jeune ! Adhère à un parti ( le PG par ex), à un syndicat, à une association, viens à nuit debout, va convaincre ta famille, tes amis, tes collègues, tes voisins. Et surtout, ne te laisse pas faire ! Relève la tête, tu n’es pas seul, rejoins ceux et celles qui disent non.
Sinon c’est comme cela que le pire arrive !


Une réaction ? Contactez la rédaction